Insémination artificielle

C'est la technique de reproduction assistée la plus simple. Elle consiste à déposer des spermatozoïdes sélectionnés et mobiles dans l'utérus au moment de l'ovulation.

Pour que la technique soit la plus efficace possible, l'ovaire est stimulé de manière douce afin qu'un ou deux follicules arrivent à maturité et que le moment de l'ovulation soit ainsi parfaitement contrôlé. Le même jour, un prélèvement de l'échantillon de sperme du partenaire ou du donneur est effectué, ce qui élimine tous les spermatozoïdes immobiles et stimule la mobilité des autres.

Enfin, ils sont concentrés dans un milieu stérile et déposés dans l'utérus par une canule. Le processus est indolore et le patient peut rentrer chez lui après 10 minutes de repos.

L'efficacité de cette méthode repose sur trois principes largement établis:

Sélection

Sélection des spermatozoïdes présentant le plus grand potentiel de fécondation.

Capacitation

La capacitation in vitro des spermatozoïdes, qui induit les modifications nécessaires à leur fécondation.

Réduction de la distance

La réduction de la distance qui sépare le sperme de l'ovule. En déposant le sperme à l'intérieur de l'utérus, la distance et les barrières physiologiques que les spermatozoïdes doivent surmonter pour trouver l'ovule sont considérablement réduites par rapport à ce qui se passe lors d'une conception naturelle. Cela augmente les chances que les deux gamètes se rencontrent.

Procédure étape par étape

1

Stimulation du cycle ovarien et induction de l'ovulation : cette étape n'est pas strictement nécessaire mais elle augmente les probabilités de succès du traitement reproductif. Naturellement, une femme développe un follicule avec un ovule à chaque cycle menstruel, dans certains cas aucun. La stimulation du cycle ovarien fait en sorte que l'ovaire développe 1 ou 2 follicules, et donc des ovules.
La stimulation du cycle ovarien comprend deux phases, une première où sont administrés des médicaments qui inhibent les propres hormones de l'organisme qui régulent le cycle ovarien et évitent ainsi toute interférence avec la stimulation ultérieure ; et une seconde où la prolifération folliculaire est induite par l'administration d'hormones exogènes. La voie d'administration de ces médicaments est généralement sous-cutanée et peut être effectuée par le patient.
Pendant la phase de stimulation ovarienne, des échographies et des analyses sanguines sont effectuées pour contrôler la croissance et l'évolution des follicules.

2

Induction de l'ovulation : une fois que les follicules ont atteint un nombre et une taille adéquats, l'administration sous-cutanée de l'hormone HCG favorisera la maturation des ovules et l'ovulation 36 à 48 heures après son administration.

3

Une fois l'insémination programmée, elle est synchronisée avec la réception de l'échantillon de sperme, qui doit être traité une heure avant l'insémination. La préparation des échantillons de sperme consiste à sélectionner et à concentrer les spermatozoïdes ayant la meilleure motilité. Des techniques de formation et de préparation séminale sont utilisées pour éliminer les spermatozoïdes morts, immobiles ou lents et ainsi optimiser la qualité de l'échantillon à utiliser pour l'insémination.

4

L'insémination artificielle est un processus qui ne nécessite pas d'hospitalisation et qui est effectué dans la même consultation gynécologique. Une fois que l'échantillon séminal a été traité dans le laboratoire d'andrologie, il est chargé dans un cathéter d'insémination spécialement conçu pour ce processus. Le gynécologue est celui qui introduit ce cathéter jusqu'à ce qu'il atteigne l'utérus, à l'aide d'un support échographique, où sera déposé l'échantillon séminal.

Pour quels patients est-elle indiquée?

Selon la cause de la stérilité ou la situation personnelle du patient, l'insémination artificielle peut être effectuée avec le sperme du couple (insémination artificielle avec le sperme du couple) ou avec le sperme d'un donneur (insémination artificielle avec le sperme d'un donneur).

  • Les couples dans lesquels le partenaire masculin présente des défauts légers ou modérés du sperme liés à la concentration, à la motilité ou à la qualité morphologique.

  • Les couples dans lesquels la femme présente des défauts dans la qualité de la glaire cervicale qui entravent l'ascension des spermatozoïdes dans l'utérus et les trompes.

  • Les couples dans lesquels la femme a des problèmes d'ovulation, une endométriose légère ou des altérations des trompes de Fallope qui sont unilatérales ou n'impliquent pas une obstruction complète.

  • Couples dont la stérilité est d'origine inconnue (ceux dont les tests de diagnostic sont normaux).

  • Les couples sérodiscordants

  • Autres facteurs : facteur coïtal, etc.

  • Les couples dans lesquels le partenaire masculin a une mauvaise qualité de sperme ou une absence de spermatozoïdes.

  • Les couples dans lesquels le partenaire masculin est porteur d'une maladie génétique héréditaire qui ne peut pas être détectée dans les embryons.

  • Les femmes sans partenaire ou avec un partenaire féminin.

  • Les couples sérodiscordants

  • Autres facteurs : facteur coïtal, etc.